fermer

Du suicide à la vie

Conversation avec kwalay

Kwalay! aujourd’hui il y a comme une mode qui se repend dans nos villes et villages, c’est celle du suicide. Beaucoup de gens aujourd’hui le commettent et de manière a ne plus même le cacher. Pour toi, pourquoi se suicident ils?

D’abords quand tu dis « pourquoi se suicident t’ils« , dans ta question, il y a cette ignorance collective qui se dévoile et cela crée une séparation entre toi et ceux là, ce qui te console, tu peux te dire «  moi je ne suis pas dans ce cas, je ne suis pas un/une lâche« . Presque tous pense que le suicide est juste cet acte visible ayant un effet direct sur la vie. si l’on voit un homme pendu, une femme qui a bu du poison, on considérer cela comme du suicide. pourtant avant d’arriver à cet acte visible beaucoup de choses se sont passé qui menaient simplement à cela.

Il est dit dans le dictionnaire que le suicide c’est l’acte de se donner volontairement la mort et avez vous deja vu ou entendu qu’une chèvre c’est donné volontairement la mort? Je sais que jamais.Il n’y a que l’Homme pour commettre cet acte, simplement parce qu’à partir du moment ou il naît, il jouit du pouvoir de faire un choix;le choix entre vivre ou mourir, de tuer ou laisser vivre, faire ceci ou pas, aller ici ou pas, être simplement ou devenir et c’est cela qui fait sa dignité, La liberté; Malheureusement trop de choses de circonstances adviennent dans sa vie que tout devient complexe et il perd le gout de vivre, qu’il n’a pas le choix que de tuer et mourir.

Mais j’aimerais qu’on comprenne bien certaines choses, parce que ceci sera déterminant pour comprendre le suicide ou la personne qui commet ou veux commettre un suicide.

Quand nous disons que nous aimons quelque chose, nous voulons simplement dire que cette chose est ce qui m’importe  dans ma vie, elle a une valeur positive à mes yeux ; alors nous prenons soin d’elle, nous la protégeons de telle sorte qu’elle vive ou dure aussi longtemps et heureuse. Mais pourquoi arrive t’il que nous disons chantons, écrivons sur tous les murs que nous aimons la vie mais sommes nous prêts à nous suicider ou à l’achever?

Regardez sincèrement votre propre vie, que chacun prenne un peu de temps. Qui n’a jamais un seul instant de sa vie penser au suicide ou se suicider ? Personne et celui qui me répondra que lui, je lui dirais c’est normal qu’il n’en a jamais pensé, parce qu’en fait, il s’est suicidé depuis sa naissance; il a juste eu plutôt que les autres cette présence d’esprit.

Comment vivre avec cette vérité?

Comment est ce possible d’aimer une vie comme la tienne, qui es pleine de souffrances, de déceptions,de regrets,de frustrations, de complexes et de misères? Comment? Comment voulez vous que les gens aiment une vie où ils ont perdu toute dignité humaine, simplement par le fait qu’à leur naissance, on leurs a enseigné le rejet d’eux même; en leur disant qu’ils sont le fruit du péché et qu’ils ne valent pas la peine tant qu’ils restent tel qu’ils sont. Qu’ils devront toute leur vie rechercher une rédemption d’un dieu, à devenir ceci ou cela pour finalement être aimé ou accepté?

Comment voulez vous qu’une personne aime une vie où on lui a assigné que ce qu’il aime, sa nature , ses envies, sa joie, sa tranquillité, le jeux, son amour, sa dance, sa chanson, son poème, sa musique, sa vie importe moins et que c’est ce que les autre attendent de lui ou sont,qui a de la valeur? Comment voulez vous que quelqu’un aime une vie où tout ce qui fait lui est méconnu, rejeté, au détriment de ce qui satisfait la société, les parents, les dieux, les esprits, les ancêtres,le mari ,la femme,le boss,les enfants? Où on lui a dit qu’il est libre mais en fait on lui a retiré toute liberté en lui imposant des études,des choix, des objets, des ambitions, des objectifs qui n’ont rien à voir avec sa nature?

Comment voulez vous que les gens aiment une vie où ils se sentent laides, moches, mis en quarantaine, inférieures complexées,simplement parce que nous les avons éduqué à se comparer aux autres? Qu’une femme qui ne peut pas procréer soit heureuse et aime la vie dans un monde où on lui fait comprendre que la valeur de la femme se trouve dans son utérus, c’est quand elle porte une être dans son ventre? Qu’un homme aime la vie s’il n’a pas un diplôme, reconnu comme le plus grand, un boulot dont on lui a indiqué comme étant le vrai, le meilleur, une femme ou plusieurs femmes et une marmaille d’enfants ou qu’il ne s’est pas construit des villas ou ne possède pas tout l’or du monde?

Comment vivre dans un monde heureux si l’idée de l’amour qui nous a été inculqué par nos pères ou dieux ne coïncide pas avec ce que nous vivons au jour le jour? Où on a détruit le mystère de la vie en donnant des réponses inventées, stupides, pas vraies, et sans sens à des êtres pourtant intelligents, qu’ils ont perdu tout émerveillement, tout esprit d’aventure et de recherche par soi même? Comment vivre dans un monde où tout le monde croit connaitre, et pense qu’être bourré d’informations veut dire savoir et quand ils se retrouvent face au challenges de la vie, ils découvres combien incapables ils sont, qu’en fait ils ne savent rien du tout? qu’on est nul, stupide, vaut rien, faible, paresseux et obèse malade?

Comment être heureux ou heureuse dans un monde où les religions commandent aux hommes de faire ce qui est contradictoire à la nature des choses? Où on dit au gens de faire des enfants , de ne pas avorter, de se multiplier comme des bêtes et de souffrir toute une vie à devoir ne serait ce que leurs remplir la pense? Qui peut aimer cette vie sincèrement? La seule façon de d’être dans ce genre de monde c’est simplement de faire semblant, d’être hypocrite, je veux dire éteindre toute sensibilité, exister comme un zombi, un chou. Alors c’est normal qu’on soit dans un monde aussi misérable où tous traînent avec eux des visages froissés,des épaules affaissés par le poids de toutes ces choses inutiles. Les gens ont perdu tout enthousiasme, toute vitalité,toute envie,toutes forces par conséquent le seul choix qui leurs reste est de sauter du bord, de se tailler les veines, de s’accrocher ou de se mutiler.

Et comme nous ne sommes pas tous courageux au même degrés, il y en a qui peuvent d’un seul trait appuyer sur la gâchette mais d’autre pas très courageux,alors certains ont choisi inconsciemment d’ingérer des poisons lents comme de l’alcool, le tabac et toutes sortes de choses qui ont atteinte à leurs vie; mais comme presque tout le monde le fait et que les effets de ceux ceux ci ne sont pas directement perçus, alors on n’appelle pas cela suicide, on dit « c’est un cancer des poumons qui l’a tué, c’est un cancer de foi qui la tué »,on ne dira jamais  » il s’est tué ou il s’est suicidé en buvant ceci ou en consommant cela » . Et ceci console tout le monde et on peut continuer le crime parfait.

Tant que nous ne prenons pas conscience de notre état des choses présent, tant que nous ne redonnons pas à l’Homme ce qui lui est de droit, cette liberté d’être simplement qui il est, de jouir de sa vrai nature, tant que nous ne laissons pas l’enfant simplement être, sans devoir interférer dans sa nature, tant que nous ne réclamons pas individuellement les clés de notre vie, que nous ne retirons pas nos responsabilités entre les mains des autres, des dieux des esprits, des ancêtres, des parents, des concepts, des idéologies, des religions, nous ne connaîtrons jamais la vie et le suicide est une évidence.

Imaginons nous un fleuve dont la naissance est une des rives et la mort une autre. La vie est donc ce fleuve qui coule au milieu des deux rives.Si nous retirons le fleuve, si nous asséchons le fleuve, et le fleuve c’est la liberté de couler cet enthousiasme de vie alors mourir ou ne pas naître ne fera plus aucune différence,ne pas vivre devient simplement la conséquence.

à propos de l´auteur

Kwalay

Mes écrits, ma musique n'ont pour but que de te mener à ta découverte, à ton silence.

Ecris ton commentaire

tu as surement utilisé HTML tags et attributs:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>