fermer

OUISDOM

La magie du OUI

À la rentrée scolaire, pour la première fois pière va en première classe élémentaire. Le maître demande à chaque enfant de se présenter en donnant son nom.

– je m’appelle Éline Diane

-je m’appelle Patrick de Gaule

Au tour de Pierre, tout excité il dit

– je m’appelle « non- Pierre »

non

Essayes de prononcer le mot « oui » 10 fois comment te sens tu?
Prononcés aussi « non » 10 fois  et comment te sens tu ?
J’ai fais cette expérience et j’aimerais partager avec toi .
Si tu as bon souvenir, depuis l’enfance, le mot « non » a été prononcé par tes parents presque toutes les fois. Si on voulait ne serait ce que mettre nos doigts dans la bouche ou dans la narine  « non »… Les parents nous achetaient des sucreries que nous n’avions forcément pas demandés, ils disaient que c’était pour nous mais quand on voulait s’en servir comme il nous est de droit « non ».. On devait demander la permission avant et dans 90 % des cas « non » était la réponse.
Ces derniers avaient trouvé des astuces plus subtiles juste pour dire non; ils disaient que c’est seulement quand nous serons obéissants ou travaillerons bien à l’école, en fait quand nous ferons ce qu’ils attendent de nous alors là, nous aurons droit au « OUI ». Mais sachant que obéir ou faire ce qu’ils attendent de nous était la chose la moins possible, car je ne sais pas quel enfant ayant un peu d’intelligence obéirait à parents, car les choses que ces derniers lui demande de faire sont à 99% absurde et non plaisantes du tout. Si ce n’étaient pas les parents, c’était dieu, les anciens ou ancêtres. On devait ne par faire ceci, ne pas faire cela… Non ..non.. Non.

Mais j’ai observé ce phénomène depuis mon enfance et j’ai découvert qu’ en fait,c’était une ruse pour pouvoir jouir de leurs différents statut, ça leurs donnait une sensation d’avoir le contrôle sur quelque chose ou sur quelqu’un : Nous. Je pouvais voir leurs yeux briller quand ils disaient « non »; en vérité le « non » qu’ils lançaient à tord et à travers n’avait pas forcément de raison intelligente d’être dit, c’était par simple jouissance de leur pouvoir.
Ils disaient « non » même quand il n’était pas nécessaire:
-Maman puis je rire?
-non
– j’ai sommeil puis je dormir ?
-non
Il arrivait même qu’ils te passent une fessée et quand tu ressentais la douleur et te mettais à pleurer ils te disaient  » shuuut! non ne pleure pas ,fermes là ».

Absurde tout ça mais c’est ainsi que nous avons été éduqués , « non »a été dit à une certaine fréquence dans notre vie que ses racines se sont infiltrées dans notre esprit. Et le fait que ce soit toujours dit dans les situations où un rapport de force se faisait sentir, cela a été associé donc avec le pouvoir.

Donc si nous sommes vigilants, nous allons remarqué que cela a affecté notre vie profondément, ce qui se fait ressentir ou voir dans notre façon de traiter avec nous mêmes et autrui ou les autres. Nous avons développé l’habitude de nous refuser à nous mêmes des choses et aux autre pareillement , car se dire « non » insinue quelque part que nous avons le pouvoir sur nous mêmes. Alors nous avons commencé à éviter de faire les choses que nous aimons faire,dire ce que nous voulons dire, manger ce que nous aimons manger, boire ce que nous voulons ou aimons boire, on ne sait même plus quoi manger ou quoi ne pas manger? comment ne pas manger ou comment manger? pourquoi faire, pourquoi ne pas faire?
Tout ceci a entraîné une multitude de troubles psychiques; nous avons des gens qui mangent n’importe comment, n’importe quoi, boivent, disent, font n’importe quoi, infligent des souffrances de tout genre à leur corps, cherchant à atteindre inconsciemment un état où il devront se retrouver entrain de se donner des ordres, s’interdit des chose, juste pour avoir la sensation d’avoir le pouvoir . Ceci simplement parce que nous avons été éduqué à ne pas faire ce qui est intelligent mais plutôt ce qui nous donne la sensation du pouvoir.
Et comme « non » était le mot qui sortait plus de la bouche du chef alors on a associé finalement « non »et le pouvoir. Et nous, à notre tour, voulant tous être des chefs ou avoir le pouvoir, frustrés d’avoir été traités pendant des années comme des sous Hommes, des esclaves nous avons donc aussi aspiré au pouvoir.

Maintenant on dit non à tout , à tous, au jour, à la nuit, au sommeil, à l’éveil, au repos,à la joie, à la santé, à la paix, à l’amour, à la vérité.Face à une situations qui nous défit, qui demande l’activation de notre intelligence, la première des choses que nous disons c’est « non ». On refuse, si notre femme ou notre mari nous demande quelque chose , on ne prend pas le temps de regarder si cela est intelligent ou non, automatiquement c’est « non » qui sort et on fait pareil à nos enfants, nos amis, nos employés, nos parents…… non non non! Cela nous donne la sensation de maîtriser la situation , d’avoir le contrôle de la situation: d’avoir le pouvoir sur autrui. Et voilà sur quelle base sont ancrées nos relations et « non » est le sceau pour les sceller comme des prisons.

ouiii

Mais si nous prenons un peu de temps et observons , quand nous disons « OUI »,
quelque chose de magique se passe. Au départ ça fait peur, ça fait même mal, il y a comme quelque chose qui résiste, quelque chose qui dit « eh ne te laisse pas faire! .. Tu es entrain de perdre ton contrôle, ton pouvoir sur la situation… C’est pas toi çà… Que penseront les autres? Que pensera il ou elle de toi ? …  » Ceci c’est la voix de ton orgueil, ton ego, celui que tu as construit pendant des années avec ce « non » , cette fausse personnalité. C’est lui qui a détruit ta vie et qui tient cette fois à l’achever, il veut que tu dises encore « non » que tu refuses d’aimer, que tu refuses, d’être heureux, ou heureuse, que tu refuses de vivre.

Mais si tu restes tranquille, pendant que tu dis oui, tu observes un certain silence, une certaine humilité, une soumission qui naît avec, quand on dit oui, c’est comme si nous n’existons pas, comme si au fond de nous quelque chose mourait. Et je te rappelle que la résurrection n’est que possible après la mort, une nouvelle vie n’est que possible après l’ancienne, quand on meurt dans le « non » , l’on ressuscite dans le « OUI » et une nouvelle vie , celle de l’unité avec la vie , celle de l’harmonie avec l’existence, « OUI » veut dire « J’accepte que la vie , dieu, l’existence l’amour est plus grand que moi  »
C’est pour cela que dans toute célébration d’union entre un homme et une femme, on dit  » Oui je le veux  » , pour qu’il y ait amitié, ou entente entre deux personnes ou partenaires « OUI » est une obligation pour la sceller.

En passant , je ne dis pas de dire « OUI » par compulsion comme tu le faisais avec le non, mais plutôt de comprendre la nécessité de dire « OUI » quand il le faut , « non » quand il faut et ne rien dire quand il le faut aussi.
ET TON CŒUR SAIT QUAND IL LE FAUT.

OUISDOM

à propos de l´auteur

colay

Music , love, art,and Poetry

Ecris ton commentaire

tu as surement utilisé HTML tags et attributs:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>