fermer

Nourriture et harmonie

Conversation avec kwalay

 

Kwalay, nous sommes aujourd’hui dans une situation de santé critique de manière globale. Nous sommes tout conscients des problèmes créés par notre façon de nous alimenter et beaucoup sont lancés dans la consommation aveugles de tous genres de solutions miracles pour un retour à la santé; ce qui rend les gens perplexes faces aux multiples choix . Qu’en penses-tu ? Que pourrais-tu proposer comme solution ?

Nous avons tous déjà entendu qu’on mange pour vivre et non vit pour manger n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que ceci voudrait dire vraiment ? Nous savons aussi que notre corps est le produit de ce que nous mangeons alors si notre corps ne va pas bien, la première des choses que nous devons questionner si nous sommes intelligents, c’est notre alimentation. Malheureusement beaucoup courent chez le médecin, chez l’herboriste, ailleurs pour chercher des « solutions »; oui, c’est les conséquences de notre pauvre éducation.

Aujourd’hui, il y a comme un grand vent de maladies de tous ordres qui soufflent dans le monde et beaucoup cherchent les causes. Il est vanté dans tous les médias les bienfaits d’une alimentation saine et aussi les bénéfices s’accroissent du côté de ceux qui proposent des solutions miracles de tout genres. Dans ce chaos d’incertitude et d’ignorance, une minorité commence à comprendre un peu les raisons de ces dernières et est lancée active à transformer sa vie. Certes plusieurs résistent encore et ne comprennent pas pourquoi ils devraient manger ceci et non cela, pourquoi ils devraient manger ainsi et non pas comme cela ; ce qui est tout à fait normal connaissant ce que la nourriture signifie pour nous.

Pour commencer, j’aimerais que nous comprenions l’impact de la nourriture et son rôle dans notre vie. Il faudrait d’abord qu’on se rappelle que la première des choses qui connecte l’enfant et son environnement en particulier sa mère, c’est la nourriture et la chaleur du corps, donc l’amour. Ces deux dimensions sont sa première expérience dans cette vie et vont la marquer de manière très profonde ; c’est un comme une balance, si un coté pèse plus que l’autre, il y aura bascule ou perte de la balance. Et la nourriture ne joue pas qu’un rôle physiologique qui veut dire celui de nourrir notre corps, mais aussi psychologique, l’enfant grandit dans la chaleur familiale qui est autour du manger. Il voit donc que dans toutes les cérémonies de joie qu’organisent les siens, la nourriture est au centre du partage. Par conséquent, il associe au niveau de son mentale nourriture et joie, amour et nourriture, fraternité et nourriture et ceci devient son système de pensée, sa façon de voir le monde.

Alors ce dernier grandit ainsi, les seuls moments où il voit papa ou maman en bons accords, les voisins en bonnes amitiés, lui et les autres en paix, ce sont ceux autour d’un plat de nourriture. Donc manger devient simplement la source de ses joies et de ses peines, de ses amours et ses haines, mais aussi, il porte le potentiel de sa liberté. Et puisse que c’est manger qu’il associe avec tout le reste alors ce qu’il mange devient de moins en moins important, c’est l’atmosphère autour qui l’intéresse ; tant qu’il mange, il ressent une certaine satisfaction au fond de lui et plus il mange ce que tous les autres mangent et avec eux, plus ses relations se solidifient avec ces derniers ce qui permet une mutuelle et profonde considération née de rattachement émotionnel avec tout ce monde.

Alors lui dire plusieurs années après de rituel culinaire que certaines choses dont il est habitué à manger ou aime par habitude sont nocives pour lui, c’est un peu comme le poignarder, comme lui demander de mourir, de haïr sa mère, son père, ses amis, sa femme, ses enfants, le monde entier sa vie en fait. C’est donc la raison pour laquelle vous voyez une grande peine chez la majorité à transformer leur alimentation. Ils arrivent qu’ils vous posent la question de savoir  » on va alors manger quoi à la fin si on ne devait pas manger ceci ? » Comme pour dire  » Es tu insensible , que tu ne vois pas que tu es en train de me demander de mourir, ne vois-tu pas que c’est tout ce que nous connaissons comme nourriture ? »  D’autres résisteront, ils lutteront, ils changeront d’attitude envers vous en vous renvoyant des slogans comme  » on espère que tu vivras longtemps plus que nous… » . Vous verrez qu’ils vous insulteront et d’autre qui découvriront automatiquement des talents cachés en eux de diététiciens et de scientifiques et vous renverront des trucs comme  » sais tu que tu es en maque de vitamine B12, B15 , Z ? Sais-tu que ce que tu manges est génétiquement modifié ?  » Finalement, vous n’aurez plus d’amis, plus de parents, plus de frères, vous ne pourrez plus sortir pour les grands restaurants de la place et les lieux de rencontre ; vous serez seul. En fait, c’est de cette peur que souffre la majorité, la peur de se retrouver seul sans chaleur, sans amour, sans personne en face qui serait la cause de nos malheurs, qu’on pourrait accuser de nous rendre si malheureux, avec qui ou pourrait rire et pleurer, sortir et entrer. Alors pour éviter tout ceci beaucoup préfèrent donc garder ou rester attachés aux anciennes habitudes culinaires même si ces dernières leur causent tellement de mal, comme s’il suffisait d’être avec les gens ou faire tout le monde pour être heureux.

Nous fuyons notre bonheur et ceci par amour pour ce que nous apporte la nourriture. Et ce qui est vrai est que quand l’esprit ne connaît pas quelque chose de plus grand, il a tendance à s’accrocher à ce qu’il connaît déjà. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas plus grand nom, mais qu’il se refuse au maximum d’abandonner ce qu’il connaît déjà : sa zone de confort. Mais la vie est plus vaste que nos petites zones qu’on s’est créé et c’est le fait qu’on a limité notre vie à cette petite zone qu’on suffoque à l’intérieur et cette asphyxie se manifeste par l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, les AVC, et autres qui nous font souffrir et nous tuent.

Il est donc impossible dans ce chaos de trouver une solution miracle, parce qu’en fait, il n’y en a pas. Il faudrait juste être sincère envers soi, ce qui est malheureusement rare chez la majorité, il faudrait accepter le fait que nous ne savons pas ce qui nous tue, que nous sommes ignorants de ce qui nous rend si malades, car pour accepter ce qu’un médecin dit, il faut que moi-même, je sois informé ou sache de quoi il parle. Combien le sait donc ? S’ils savaient, je pense qu’ils n’iraient plus voir le médecin. Beaucoup suivent des régimes alimentaires proposés en longueur de journée dans les médias et se les arrachent comme des bouts de merde, mais qui sait vraiment ce que tout cela signifie ?.

Par exemple, la vitamine B12,  c ‘est quoi ? C’est quoi une vitamine ? Personne, un peu comme ces magasins de vente de pierres précieuses, dans lesquels entrent des gens qui n’ont jamais vu le diamant avec leurs yeux, ne parlons pas de savoir comment il est transformé. Qui a déjà vu une vitamine avec ses yeux et à quoi elle ressemble ? Personne. Donc quelqu’un peut nous raconter n’importe quoi, il suffit qu’ils disent que cela donne telle vitamine ou cela a tel apport en nutritionnel, qu’on se lance tous dessus comme des accros d’opium et inconsciemment se créent de nouvelles complications.

Moi, je ne vais pas avec cette approche, je conseillerais au gens de faire leurs propres expériences avec tout et dirait au gens de manger ce qui leur donne de la vitalité, pas ce qui satisfait leurs sens ou les excite. De ne manger que ce qui les garde debout éveillés, pas ce qui les endort ou les envoie au lit après avoir mangé. Ce qui garde toutes leurs capacités cognitives en éveil, pas ce qui les rend totalement amorphes ou décervelés; car nous avons du monde à expérimenter, de choses à faire et pour cela besoin d’une infinie source d’éveil. Alors ils trouveront la juste alimentation et la juste alimentation est la vie, il y a un énorme potentiel dans la nourriture et que dans celle qu’on devrait manger.

 

 

à propos de l´auteur

Kwalay

Mes écrits, ma musique n'ont pour but que de te mener à ta découverte, à ton silence.

Ecris ton commentaire

tu as surement utilisé HTML tags et attributs:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>